Algues, Dukkah, légumes de saison et poisson frais à Nonza

14 juillet 2015
Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinmail

Boccaffine, un nom qui sied à ravir à ce petit restaurant improbable, perché au dessus de la place du village. J’étais déjà passée plusieurs fois dans ce coin du Cap, berceau de la bien connue Sassa et ses soirées branchées estivales. Et d’un nouveau paradis pour les gourmets depuis mais 2015.

restaurant boccafine à nonza en corse

Photo Boccafine

A première vue, une terrasse charmante, ombragée par l’imposante vigne vierge. Une carte simple, 3 entrées, 3 plats, et des intitulés qui font saliver : « Langoustines rôties servies tièdes, dôme d’avocat à l’huile de basilic », « Conchiglioni farcis à la chair d’araignée et piquillos », « Joues de cochon confites, soubise d’oignons blancs caramélisés », « Aiguillettes de Saint Pierre rôties, purée de carottes au citron confit »…La carte crie Michelin quand le décor me rappelle une guinguette haut de gamme revisitée, avec ses luminaires design et ses chaises en ardoise, oeuvres d’un artiste insulaire. Le service aux petits soins finit de mettre tout le monde d’accord.

amuse bonchez à nonza en corseEn amuse bouche, une méchouia faite par la grand-mère (recette de la méchouia ici), l’huile d’olive du domaine Marquiliani et un hoummous à l’huile de sésame. Pas de corbeille de pain, servi individuellement à la manière des grands restaurants. Je sens l’excitation poindre, ce restaurant est un véritable hybride…

Les langoustines rôties sont une pure merveille. Cuisson parfaite, sublimée par le fondant de l’avocat et le gaspacho parfaitement assaisonné, sans oublier le pane Carasau et sa tapenade discrète, mais forte en goût.

restaurant boccafine nonza

Aiguillettes de Saint Pierre rôties, purée de carottes au citron confit, carottes fanes braisées, râpée de violette et wakamé, pistou de coriandre et dukkah

Pour un peu, je me sentirais transportée au Connaught, chez Hélène Darroze à Londres où j’ai déjeuné un mois plus tôt (mais sans le service zelé de l’étoilé anglais, un peu trop présent à mon goût). J’apprendrai par Caroline, la propriétaire des lieux, que notre chef (le prometteur Clément Collet) y a fait ses armes, ainsi que chez Georges Blanc, La Villa à Calvi et quelques autres établissements renommés dans le monde.

chef clement collet du restaurant boccafine à nonza

Photo Boccafine

Les plats sont un plaisir pour les yeux. En bouche, c’est une explosion de saveurs, l’acidité du citron confit mélée à la douceur de la carotte, le croquand iodé du wakamé, et le Saint Pierre, tout aussi parfait. C’est si bon que j’en oublie même l’accompagnement de pommes sautées, concentrée sur ma nouvelle découverte, des petites graines qui croustillent en bouche et que je n’arrive pas à nommer. « Du dukkah » m’explique une des employés (j’adore goûter à de nouvelle saveurs, à ce moment même du repas, mon capital sympathie pour la cuisine atteint son paroxysme). Il aura donc fallu que j’aille jusque dans le Cap pour découvrir ce subtil mélange oriental qui mêle noisettes, sésames, amandes, coriandre, et autres épices.

suprême de volaille boccafine nonza

Le suprême de pinade fermière rôti et ses cerises au vinaigre, pistaches et foie gras, un mariage étonnant de justesse, entre acidité, croquant et douceur

Côté viande, je n’ai goûté qu’une bouchée des joues confites accompagnées de purée de céleri aux fèves fraîches, mais peux assurer qu’elles valent la peine d’une prochaine visite. Quant au suprême de pintade fermière rôti que je suis revenue goûter un midi, il m’a fallu beaucoup de self control pour ne pas ronger l’os avec les doigts.

Les desserts sont bons et copieux, avec une mention spéciale pour la tarte tatin revisitée (et son caramel…Mmmhh).

Verdict ? A 100 euros pour 2 le repas entrées/plats/desserts hors boissons et digne d’un semi-gastronomique (même si le restaurant préfère le terme bistronomique), c’est plutôt pas mal non ? D’autant que la carte change environ 3 fois pendant l’été, soit 9 occasions de se laisser surprendre par le talent de cette jeune équipe qui promet de faire parler d’elle.

Boccafine
 Environ 100€ le dîner entrées/plats/desserts hors boissons
 Village de Nonza, Haute Corse
 06 80 95 85 07
 Site web
 Page Facebook

Mon interview de Clément Collet et Caroline Chaubon pour Paris-sur-la-corse à retrouver ici

Previous Post Next Post

Vous aimerez peut-être aussi...

Leave a Reply